« 

Vie et martyre

wisigoths

EXTRAITS de la NOTICE sur SAINTE QUITTERIE, vierge martyre                       en Gascogne à l’époque  wisigothe,  par GUI J.B..

En 478, la Gascogne fait partie du royaume des wisigoths et Euric règne en souverain absolu depuis la Loire jusqu’au Détroit de Gibraltar. Toulouse, capitale des wisigoths, était la ville la plus importante des  Gaules. Deux grandes voies romaines la relient aux villes espagnoles, l’une par Bénéharnum, le col de Canfranc et l’autre par les bords de la Méditerranée par Collioure.
C’est à Toulouse que naquit Quitterie, elle y passa son enfance et son adolescence. Elle y reçut la grâce du baptême à l’insu de ses parents. Catilius son père toujours absent l’ignorait. Il est difficile de supposer que Calsia sa mère ne sut rien de sa formation.
Le Portugal était occupé par les troupes wisigothes et Catilius avait été  nommé gouverneur du territoire de Braya, puis comme vice roi  de la Lusitanie et de l’Espagne. Ceci expliquerait ce qui obligea Calsia son épouse et Quitterie à quitter Toulouse pour le rejoindre. La légende, disant que Quitterie était fille d’un vice roi  du Portugal, ne serait donc pas fausse. C’est pour cela que les portugais et les espagnols ont gardé si vivant le nom et le culte de Sainte Quitterie, sans de façon précise pouvoir indiquer ni le lieu de sa naissance, ni son tombeau.
Quand son père lui fit part de son  projet de mariage avec un de ses officiers, Quitterie lui répondit qu’elle avait donné son cœur à un autre époux et celui-là immortel. Un jour l’émoi fut grand à la résidence, on annonça que Quitterie était partie avec quelques fidèles serviteurs. Mais où était donc la résidence de Castilius ? Au Portugal, en Espagne ou en Gaule ?
De ce récit sont apparues deux hypothèses…

LIRE LA SUITE

pèlerinage du 22 au 25 mai